Accueil du blog > Les produits du terroir, sont-ils vraiment locaux ?

Les produits du terroir, sont-ils vraiment locaux ?

Seulement cinq terminologies sont réglementées : l’appellation d’origine protégée (AOP, transposition de notre vieille AOC), l’indication géographique protégée (IGP), la spécialité traditionnelle garantie, l’agriculture biologique et le label rouge.

CONSOMMATION. Nos départements n’échappent pas à la multiplication des appellations et dénominations. Dans ce maquis, les consommateurs doivent être perspicaces pour déjouer les fraudes.

Le consommateur doit être « curieux, un peu enquêteur », conseille un inspecteur de la répression des fraudes.

 

Nos marchés locaux ne proposent généralement que peu d’huile d’olive ou de saucisson d’âne corse, aliments qui seraient les plus contrefaits en France.



Néanmoins, des produits du terroir de nos départements sont parfois entourés d’un halo trompeur. Pour le plus prestigieux, le champagne, le comité interprofessionnel (CIVC) veille fermement aux utilisations du nom.

Sur nos marchés alimentaires, du terroir ou non, le premier problème vient des appellations et dénominations. « En dehors du fromage, un produit étiqueté ‘‘fermier’’ ne repose sur aucune réglementation », prévient ainsi Olivier Naudin, inspecteur principal de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes de la Marne. Seulement cinq terminologies sont réglementées : l’appellation d’origine protégée (AOP, transposition de notre vieille AOC), l’indication géographique protégée (IGP), la spécialité traditionnelle garantie, l’agriculture biologique et le label rouge. Sachez aussi que la mention « artisanal » sur un produit impose que « son producteur soit artisan inscrit au registre des métiers et qu’il soit élaboré selon une méthode traditionnelle et non industrielle », vient préciser Olivier Naudin. En dehors de ce cadre, le vocable n’est que poudre aux yeux…

 

La situation du safran est alarmante

 

Pour les dénominations géographiques, deux familles de produits cohabitent. Si le boudin blanc de Rethel doit être fabriqué au sud-ouest du département des Ardennes en raison de son label IGP, le pâté croûte ardennais peut être élaboré à Nice, faute d’appellation contrôlée ! Pareil pour le jambon de Reims. Néanmoins, la recette et la composition de ces produits doivent respecter le « Code des usages de la charcuterie, de la salaison et des conserves de viandes », établi par la profession et qui sert de référence pour l’administration. « Nous avons ainsi demandé à de nombreux fabricants de modifier leur recette du jambon de Reims car certains utilisaient plus d’épaule que de jambon, procédé interdit », se souvient Olivier Naudin. Ces torsions de la géographie ne remettent pas toujours en cause le bon vouloir des producteurs. « Notre saucisson de sanglier est réalisé avec du gibier généralement tué dans les Ardennes », précise Didier Villemin, gérant de Saveurs d’Ardennes. « Mais, comme aucune structure ne peut collecter le gibier dans le département, les sangliers sont donc marqués d’un numéro sanitaire extérieur ! »Néanmoins, la volonté d’induire en erreur le consommateur s’avère parfois prégnante comme cette bière arborant une étiquette de la cathédrale de Reims produite en… Belgique.

En termes de tromperie, si le miel figure parmi les produits pour lesquels il convient de scruter avec grande attention l’étiquette, la situation du safran est aussi alarmante. « Sous ce nom, se vendent des mélanges de curcuma et de paprika », s’esclaffe Nathalie Liesch-Bibanow, productrice de safran à Launois-sur-Vence, dans les Ardennes. « Si le produit est proposé en poudre, ce n’est pas du safran. Il doit être vendu en pistils », martèle celle qui bénéficie du label « Ardennes de France ».

Un label de plus ? « Trop de labels tuent-ils les labels », rétorque Stéphane Mensuelle, de la charcuterie Luzoir, dans l’Aisne, membre de Terroirs de Picardie, qui met en avant ses produits « made in Thiérache ». « Le grand public les recherche mais s’y perd. »

 

À LIRE AUSSI - Article suivant »

Vous pouvez les aider en partageant - La solidarité n'existe plus !