Accueil du blog > Ficelle picarde et artisanat local, au cœur du marché du terroir de Corbie

Ficelle picarde et artisanat local, au cœur du marché du terroir de Corbie

Tous les mercredis, la place de la République à Corbie accueille un petit marché de produits régionaux. Le marché propose l’essentiel des produits qui font l’identité de la Picardie : charcuterie, légumes, fromages, fleurs et même de l’artisanat local.

Tous les mercredis, la place de la République à Corbie accueille un petit marché de produits régionaux.


Avec une demi-douzaine de commerçants, on est loin de l’effervescence du marché « ordinaire » qui se tient au même endroit tous les samedis. Ici on mise sur la qualité des produits plutôt que sur la quantité des étals. Malgré ce côté restreint, le marché propose l’essentiel des produits qui font l’identité de la Picardie : charcuterie, légumes, fromages, fleurs et même de l’artisanat local.

 

Comme tous les mercredis, François Gavinaitis installe son échoppe sur le marché. Cet artisan-créateur propose aux passants ses bijoux confectionnés selon un concept original, le surcyclage. «  C’est une forme particulière de recyclage qui consiste à récupérer des matériaux usagés pour en faire des objets valorisés  », explique-t-il.

Dans les faits, François Gavinaitis écume les réderies et autres lieux de récupération pour dégoter des métaux non précieux, qu’il transforme en bijoux fantaisie. Il a ainsi trouvé le moyen d’exploiter son savoir-faire : «  J’ai travaillé pendant 36 ans dans la bijouterie. Mes créations me permettent d’appliquer mes compétences d’une manière peu commune.  »

Ainsi, après un passage entre ses mains expertes, cintres, boîtes ou autres objets métalliques usagés renaissent sous la forme de bracelets ou de bagues. «  Pour rester fidèle à la philosophie du surcyclage, je n’utilise ni colle ni attaches, tout est fait à partir du métal que je récupère  », affirme-t-il.

En plus des bijoux installés sur ses étals, l’homme conserve des échantillons de matière première. Ce qui permet aux acheteurs de se rendre compte du travail accompli, comme l’explique François Gavinaitis : «  Quand des gens me prennent un bijou, je leur montre de quel objet il provient. Ils sont souvent surpris de voir les belles choses que l’on peut obtenir à partir d’un morceau de gouttière ou d’un cintre.  »

La vraie ficelle picarde

Un peu plus loin, Dominique Douay, charcutier-traiteur basé à Bray-sur-Somme, expose ses produits du terroir. Pâté picard, terrine à l’anguille, pâté à l’endive, toutes les victuailles sont élaborées à partir de porcs d’Antan. Des animaux exclusivement picards élevés selon des règles très rigoureuses qui garantissent une viande de grande qualité. Une véritable fierté pour le charcutier : «  C’est un plaisir de travailler avec une telle viande. C’est la garantie de produits savoureux et locaux.  » Avec ces porcs de premier choix, Dominique Douay peut proposer des spécialités picardes s’adaptant même aux habitudes estivales. Par exemple, des andouillettes picardes parfumées aux herbes et piquées sur un bâtonnet. Idéal pour le barbecue.

Outre la charcuterie, Dominique Douay propose un incontournable de la gastronomie locale : la ficelle picarde. Mais attention, pas n’importe laquelle : «  Il est hors de question de faire des ficelles picardes avec de la béchamel. On s’en tient à la recette traditionnelle avec du jambon, de la crème, de l’échalote et une duxelle de champignons.  » Pour autant, le charcutier s’est permis de prendre des libertés avec la tradition, en proposant également des ficelles des hortillons : «  C’est une ficelle picarde à laquelle on ajoute des légumes provenant des hortillonnages. Difficile de faire plus local comme recette  ! », sourit-il.

 

À LIRE AUSSI - Article suivant »

Découvrez les nouveaux Talents 2020 et leurs produits !